Séraphin Clément

Trouvant son équilibre entre la musique, le théâtre et la poésie, Séraphin travaille sur plusieurs projets à la fois.

Accompagné souvent de sa guitare, il compose et joue sur scène, depuis plusieurs années, ses propres chansons : après un premier EP enregistré en 2017, Séraphin prépare son deuxième opus pour 2021.

Son entrée dans le Master Création Littéraire de Toulouse, en septembre 2018, lui ouvre la voie à l’écriture théâtrale : il met en scène, en avril 2019, avec un camarade de promo, son premier monologue : « Un caillou dans le ventre (qui gratte, qui grince, qui grogne !) ». En parallèle, il écrit deux autres pièces durant ses deux années d’études : « Là, sous la nuit dorée » (2019) et « À la dérive » (2020).

Après une première publication en revue de certains de ses poèmes (Revue Mange-Monde, n°14, Rafael de Surtis, juillet 2018), Séraphin continue d’écrire différents fragments intimes et amoureux qu’il espère publier par la suite.

Réseaux sociaux

Contact

seraphin.clement

@collectif-murmuration.org

Pourquoi le colibri coruscans ?

« Le colibri, en souvenir du biopic sur Ray Charles, réalisé par Taylor Hackford :
I hear like you see. Like that hummingbird outside the window, for instance. »

Les autres oiseaux